07022021-IMG_1787.jpg

"You are better served by yourself"

Au début de ma carrière de sportif, j’étais un grimpeur handicapé, inconnu et surtout très timide quant à ma représentation physique, comparée à celle de l’humain « normal ». Quelques années plus tard, à force de travaille sur mon identité, je suis devenu un grimpeur professionnel. 

D’une manière ou d’une autre, j’avais le désir que le monde me reconnaisse comme un humain et ne voit pas une personne handicapée. Lentement, avec mes voyages, mes vidéos, mes articles de presse, mes interviews, mes représentations et mes conférences, j’ai compris que les gens s’inspiraient de mes mots et de mon enveloppe corporelle. Cela m’a beaucoup aidé à me tenir debout et à effacer ma timidité.

En 2002, j’ai acheté ma première caméra vidéo pour faire mes propres films d’escalade. Pendant 3 ans, j’ai été fou du film de montage : filmer, faire des montages vidéos, réfléchir au style, au design et au rendu final. 

Mais un jour, je me suis rendu compte que j’avais totalement tort avec le cadre qui est le plus important pour exprimer votre message ou le synopsis du film. Qu’est-ce qui a été le mieux pour corriger cela? Passer en mode photographie ! Bien sûr, c’était un meilleur jeu ou disons le meilleur jouet de tous les temps. 

***

At the beginning of my sports career, I was a disabled climber, unknown and above all very shy about my physical representation, compared to that of the "normal" human. A few years later, by dint of working on my identity, I became a professional climber. 

On somehow, I had the desire that the world recognize me as a human and not been seing a handicapped person. Slowly with my travels, videos for partnerships, articles, interviews, representations and lectures, I got the point that people got inspired by my words and my physical envelop which helped me a lot to stand up more on my feet and to erase my shyness.

Strangely, in the climbing community I never got a request from a filmmaker or a photographer which was really the paradox to me. Even do, I got a popular person in the magazines, how comes no person came to ask me to show up my climbing? 

At least, during the 2002, I bought my first video camera to make my own climbing films. "You are better served by yourself" !

During 3 years, I was crazy with the editing movie : filming, upload footage, thinking about the style, design and the final rendering. 

But one day, I realized that I was totally wrong with the frame which is the most important to express your message or the synopsis of the film. What was the best to correct that? Going to the photography mode ! For sure, it was a better game or let say the best toy ever. 

"JE ME CONSIDERE COMME UN OBJET D'ART"

"I CONSIDERE MYSELF AS AN OBJECT ART"

Comme un enfant, je pensais qu’il serait rapide d’apprendre la photographie mais la réalité est venue encore plus vite. Chaque jour, je descendais en ville, me cachant et photographier chaque lieu, monument, statue et personne. C’était vraiment un jeu amusant parce que je savais que j’étais à la limite de l’espace privé des gens. 

Normalement, demander c’est la meilleure des politesses mais c’était aussi une situation étrange parce que les gens changent d’attitude. En fin de compte, ce n’est pas du tout la même image ! En outre, le fait principal est d’apprendre ce qu’est l’appareil photo, ce qu’est une image, comment elle est fabriquée, etc. Parce que j’étais trop paresseux, je n’ai pas appris par le cours de photographie mais seulement en autodidacte avec Internet. 

En 2009, je voyageais en Europe pour grimper et faire quelques conférences dans les ambassades françaises. L’objectif principal était de comprendre comment le sujet du handicap est abordé dans la société. Pour cela, j’ai voulu faire un film sur mon aventure avec toutes ces différentes expériences dans les associations, écoles pour les personnes handicapés, dans les ambassades, et bien sûr toutes les personnes que j’ai rencontrées lors de séances d’escalade. C’était une expérience géniale ! 

Chaque jour, je filmais ma routine et j’apprenais à faire de belles photos parce que je savais qu’elles seraient utilisées pour les magazines d’escalade et la presse de mon sponsor. J’ai prêté attention à tous les détails jusqu’à la fin de cette année. 

Un jour, j’étais en Slovénie pour grimper avec un célèbre athlète slovène. Elle m’a invité à un dîner et j’ai rencontré Jure Breceljnik, un cinéaste. Pendant le dîner, il m’a demandé de faire un documentaire avec moi-même. Donc après mon voyage, je suis retourné vers lui et nous avons fait la première bande-annonce de : WILD ONE. Au cours de l’année 2010 où nous avons enregistré le documentaire. J’ai aussi beaucoup appris sur la photographie parce que Jure m’a dit que j’avais du talent et que je devais aller plus loin.

Pendant cette année difficile, je jouais au « Space Cow-Boy » avec des femmes. Il faut lire mon livre pour comprendre mais disons que j’étais en mode adolescent avec mon identité sexuelle. Il est vrai que Jure me poussait dans mes retranchements afin d'être fière de mon corps. J’avais, exagérément, beaucoup de relations avec des femmes. Un jour, Jure m’a montré des photos de nus d’art qu’il faisait pendant ses études de cinéma, à Prague. À ce stade, il m’a dit que c’était le meilleur cadeau que vous puissiez offrir à une femme. Cela m’a intéressé ! Ce moment-là était un grand pas pour comprendre que ma mère biologique n’était pas une mauvaise personne à cause de mon abandon. Cependant, je voulais aussi être en paix avec les femmes comme ne pas les traiter en un «objet sexuel». Je ne dis pas que j’étais un bâtard, mais sûrement dans une confusion pour obtenir la confiance d’une femme parce que ma mère biologique ne voulait pas de moi pour quelque raison que ce soit. D'une autre manière, ma petite amie slovène me proposait de voir le problème d'un autre angle en pensant que les gens me regardent parce que je suis super cool et mignon ; un peu à la méthode Coué !!! Pourquoi ne pas l’accepter ? Waow! De plus, un jour lors de mon Evolution Tour, j’ai eu l’idée que : "si tout n’est pas parfait comme dans la nature, les fleurs, les arbres, la musique, l’art...TOUT ! Alors pourquoi n’aimons-nous pas tant la personne handicapée? Ensuite, je me suis considéré comme un objet d'Art !!! 

***

Like a children, I thought that it would be fast to learn the photography but the reality came even faster. Every day, I want down to the city to hide myself and to photograph every single places, monuments, statues and people. It was really a funny game because I knew I was on the limit of the private space of people. Normally to ask it is the best way to do but also it is a weird situation cause after people changes their attitudes. At the end, it is not the same picture you done. 

Also, the principal fact is to learn what is the camera, what is a picture, how it is made, etc. Because I was too lazy, I did not learn by the photography class but mostly with the internet.

In 2009, I did an Europe Tour trip. During one year, I visited the Europe to climb and to do some lectures in the french embassies. The most focus of this trip was to understand how the handicap subject is talked in the society. For that, I wanted to make a film about my adventure with all these different experiences in the handicapped foundation, handicapped schools, in the embassies, and for sure all people I met during mm climbing sessions. It was AWESOME experience ever ! 

Every single day I filmed my routine and I learned to make nice pictures because I knew it will be used for climbing magazines and the press of my sponsor. I paid attention on every details until the end of this year. 

One day, I was in Slovenia to climb with a famous slovenian athlete. She invited me to one diner and I meet Jure Breceljnik, a filmmaker. During the diner, he requested me to make a documentary with myself. So after my trip, I went back to him and we made the first teaser of what it will be : WILD ONE.

During the 2010 year where we recorded the documentary, I also learned a lot about the photography cause Jure told me that I got some talent and I should go further in it.  

During this hard year, I was playing the " Space Cow-Boy" with women. You have to read my book to get it but let say that I was in the teenager mode with my sexual identity. it is true that my compagnie, Jure, treated me like I should be proud about my body. Also I had some friendship relation with women and one day Jure showed me some art nude pictures that he made during his cinema studies. At this point he told me that it is the best gift you can give to a woman. That makes me interested! Yup, on this time it was a huge step to understand that my mother was not a bad person cause of my abandon. I also wanted to be in the peace with women like not to treat them as an "object". I am not saying that I was a bastard but sure I was confused to get the trust to a woman cause of my biological mother did not want me for any reason. The helping was my girlfriend who told me that in the fact, people watching you cause you are super cool and cute. Why not to accept it ? Waow! In plus, one day during my Evolution Tour, I got the idea that : if everything is not perfect like in the nature, flowers, three, the music, the art..all topics...why we do not like so much the handicapped person? Then I considered myself as an ART !!!